Presentation

veronique-arlette.over-blog.com

la symbolique du "cinq"

 

5-le-chiffre-symbolique.jpg

 

La philosophie est un exercice spirituel qui prepare et ouvre sur la sagesse. Elle est surtout une discipline creative, une reappropriation de concepts, pour une reformulation beaucoup plus objective. Cette nouvelle discipline de l’esprit,  qui nous pousse a voir les choses autrement, avec un esprit neuf et ouvert, s’appelle « l’eveil des Consciences». Tous les exercices qui permettent cette ouverture sont consideres comme « eveilleurs ». 

 

Exercice de module pedagogique « eveilleur » sur la symbolique du chiffre 5.

 

Le nombre 5 tire son symbolisme de ce qu’il est, d’une part, la somme du premier nombre pair et du premier nombre impair (2+3) ; d’autre part, le milieu des neufs premiers nombres. Il est signe d’union, nombre nuptial disent les Pythagoriciens ; Nombre aussi du centre, de l’harmonie et de l’equilibre. Il sera donc le chiffre des hierogamies, le mariage du principe celeste (3) et du principe terrestre (2).

 

Il est encore symbole de l’homme (bras ecartes, celui-ci parait dispose en cinq partie en forme de croix : les deux bras, le buste, le centre –abri du c?ur- la tete, les deux jambes). Symbole egalement de l’Univers : deux axes, l’un vertical  et l’autre horizontal, passant par un meme centre ; symbole de l’ordre et de la perfection ; finalement, symbole de la volonte divine qui ne peut desirer que l’ordre et la perfection.

Il represente aussi les cinq sens et les cinq formes sensibles de la matiere : la totalite du monde sensible.

 

L’harmonie pentagonale des Pythagoriciens laisse sa marque dans l’architecture des cathedrales gothiques. L’etoile  a cinq branches, la fleur a cinq petales est placee, dans le symbole hermetique, au centre de la croix des quatre elements : c’est la quint-essence, ou l’ether. Le 5 par rapport au 6 est le microcosme par rapport au macrocosme, l’homme individuel par rapport a l’homme Universel.

 

En Chine egalement, 5 est le nombre du centre. On le trouve dans la case centrale de Lo-chou. Le caractere wou (cinq) primitif est precisement la croix des quatre elements, auxquels s’ajoute le centre. Dans une phase ulterieure, deux traits paralleles s’y adjoignent : le ciel et la terre, entre lesquels le yin et le yang produisent les cinq agents. Aussi les anciens auteurs assurent-ils que sous le ciel, les lois universelles sont aux nombre de cinq : il y a cinq couleurs, cinq saveurs, cinq tons, cinq metaux, cinq visceres, cinq planetes, cinq orients, cinq regions de l’espace, et bien entendu cinq sens. Cinq est le nombre de la terre : il est, somme des quatre regions cardinales et du centre, l’Univers manifeste. Mais il est aussi la somme de deux et de trois, qui sont la terre et le ciel dans leur nature propre : conjonction, mariage du yin et du yang de T’ien et de Ti. Aussi est-ce le nombre fondamental des societes secretes. C’est cette union que symbolisent les cinq couleurs de l’arc en ciel. Cinq est aussi le nombre du c?ur.

 

Dans le symbolisme Hindou, cinq est encore conjonction de deux (nombre femelle) et de trois (nombre male). Il est principe de vie, nombre de Civa transformateur. Le pentagone etoile, egalement symbole civaite, est considere comme etant un pentagone simple entoure de cinq triangles de feu rayonnants qui sont des linga. Civa qui, en tant que seigneur de l’Univers, domine aussi les cinq regions, est parfois represente a cinq faces et venere, notamment au Cambodge, sous la forme de cinq linga. Toutefois, la cinquieme face, celle qui regarde vers le haut, s’identifie a l’axe et n’est generalement pas figuree.

 

Dans le bouddhisme japonais de la secte Shingon, on distingue egalement cinq orients (les quatre points cardinaux plus le centre) ; cinq elements (terre, eau, feu, vent, espace) ; cinq couleurs ; cinq qualites de connaissances, celles que possedait le Bouddha supreme et que l’adepte de l’esoterisme Shingon doit s’efforcer d’acquerir progressivement pour acceder au niveau de l’eveil. Cinq se revele ici comme le nombre de la perfection integree.

 

Cinq est le nombre des provinces d’Irlande reparties en quatre provinces traditionnelles : Ulad (Ulster), Connacht (Connaught), Munster (Mumu) et Leinster (Lagin), et une province centrale, Midhe (Meath), constituee par le prelevement d’une parcelle des quatre autres provinces. Le nom de la province est en Irlandais moyen coiced, litteralement cinquieme. Cinq est encore le nombre des dieux fondamentaux du pantheon  celtique, soit un dieu supreme, polytechnicien, Lug (lumineux) assimile a Mercure en Interpretatio romana, et quatre dieux dont il transcende tous les aspects : Dadge (dieu bon), Jupiter ; Ogme (le champion) et Nuada (le roi), Mars ; Diancecht (medecin) et Mas Oc (le jeune homme), Apollon ; Brigit (brillante mere des dieux, mere des arts et des techniques, de Goibniu, le forgeron), Minerve. Le schema est confirme par Cesar qui, dans le de bello Gallico enumere Mercure, Jupiter, Mars apollon, Minerve. Toutefois, chez l’auteur latin les theonymes romains designent, non des divinites, mais des fonctions ; ce qui explique que certaines correspondances celtiques soient doubles. Cinq serait aussi un symbole de la totalite : totalite du pays d’Irlande, totalite du pantheon celtique ; mais une totalite obtenue par un centre qui ressemble et qui integre quatre et dont les quatre participent.

 

Dans la plupart des textes irlandais medievaux cinquante, ou son multiple triple cent cinquante (tri coicait : litteralement trois cinquantaines) est un nombre conventionnel indiquant ou symbolisant l’infini. On compte rarement au-dela. Mais le systeme de numeration celtique est, encore actuellement dans les langues modernes, archaique et d’emploi malaise.

 

En Amerique centrale, cinq est un chiffre sacre. Dans la periode agraire, c’est le symbole numeral du dieu du mais. Dans les manuscrits comme dans la sculpture Maya, il est frequemment represente par une main ouverte. Selon Girard, la sacralisation du chiffre cinq serait liee au processus de germination du mais, dont la premiere feuille sort de terre, cinq jour apres les semailles. Les Jumeaux Dieux du Mais, apres leur mort initiatique, ressuscitent des eaux de la riviere cinq jours apres que leurs centres y ont ete jetees (Popol-Vuh). Le mythe precise qu’ils apparaissent d’abord sous forme de poissons, puis d’hommes-poissons (sirenes) avant de devenir des adolescents radieux (solaires). Aussi le glyphe maya du nombre cinq, couramment constitue par une main, se rencontre-t-il aussi sous les trait d’un poison. De nos jours encore les Chorti, descendant des Mayas, associent le nombre cinq au mais et au poisson. Dans la suite de leur histoire, les Jumeaux se differencient en Dieu Soleil et Dieu Lune. C’est le Dieu Lune qui conserve le Cinq comme symbole numerique (d’ou l’analogie avec le poisson symbole lunaire).

 

Chez les Chorti egalement, le cycle de l’enfance, pour les memes raisons (analogie homme-mais) est de cinq ans, le Dieu du Mais est le patron des enfants qui n’ont pas atteint l’age de raison, c'est-a-dire ages de moins de cinq ans.

 

Selon les croyances des Maya, Dieu hale le mort par la corde, qui est son ame, le cinquieme jour, de meme que le mais termine sa periode de gestation et sort de terre hale par Dieu, apres cinq jours. La tige du mais est egalement appelee corde ou ame.

 

Dans la tradition mexicaine, Quetzalcoatl reste quatre jours en enfer avant de renaitre le cinquieme jour. Le glyphe solaire des Maya se compose de cinq cercles, le Dieu du Mais etant egalement dieu solaire.

 

Cinq est aussi symbole de perfection chez les Maya pour qui e cinquieme jour est celui des divinites terrestres. Selon ce meme auteur, il est donc sans discussion, le jour du serpent qui envoie la pluie.

 

Les quatre soleils successifs de la tradition azteque representent l’accomplissement d’un monde qui se trouve, avec le quatrieme soleil, realise mais pas encore manifeste. C’est avec le cinquieme soleil, signe de notre ere, que s’accomplit la manifestation. Nous avons vu que chacun de ces soleils – et de ces ages – correspondait a l’un des points cardinaux. Le cinquieme soleil correspond au centre ou milieu de la croix ainsi dessinee. Il est l’eveil de ce centre, le temps de la conscience. Cinq est donc le chiffre symbolique de l’homme-conscience du monde. Les Azteques assignent au soleil du centre la Divinite Xiuhtecutli, maitre du Feu, represente quelquefois par un papillon.

 

Chez les Azteques le dieu cinq (jeune mais) est maitre de la danse et de la musique. Cette fonction apollinaire l’associe a l’amour, au printemps, a l’aurore, et a tous les jeux. Le meme dieu, appele le chanteur est, chez les Huitchol, l’Etoile du matin.

 

Reprenant l’interpretation du nombre cinq chez les anciens Mexicains, J. Soustelle met clairement en lumiere l’ambivalence propre a ce symbole. Cinq, dit-il est tout d’abord le nombre du monde present ( qui a ete precede de quatre premieres ebauches de creation) et du centre de la croix des points cardinaux. Par la, il symbolise le feu, mais sous sa double acceptation, d’une part, solaire, donc lie au jour, a la lumiere, a la vie triomphante ; d’autre part, sous sa forme interne, terrestre, chthonienne, liee a la nuit, et a la course nocturne du soleil noir dans les enfers. Le heros Quetzalcoatl, dans ses successives metamorphoses, incarne par deux fois l’idee de sacrifice et de renaissance, assimile d’une part au soleil, d’autre part a Venus, qui tous deux disparaissent a l’ouest dans le domaine des tenebres, pour reparaitre – renaitre – a l’est, avec le jour. En tant que Seigneur de la maison de l’aurore, Quetzalcoatl, renaissant sous la forme de Venus etoile du matin, est representee sur les manuscrits mexicains comme un personnage portant sur le visage le chiffre cinq, sous forme de cinq gros points, en quinconce. De ce fait, le nombre cinq a pour signification esoterique, precise J. Soustelle, dans le symbolisme de la classe sacerdotale et guerriere, le sacrifice, ou plutot l’auto sacrifice et la resurrection. Glyphe solaire, il incarne l’idee du triomphe solaire et de la vie ; mais il sous-tend aussi ces sacrifices des guerriers dont le sang verse, nourriture du soleil, conditionne le retour cyclique de l’astre, qui conditionne a son tour la vie. De meme le centre du monde, represente par le 5, est aussi le glyphe du tremblement de terre, du chatiment final, de la fin du monde, ou des esprits malefiques se precipiteront des quatre directions cardinales sur le centre pour aneantir la race humaine. Le centre du monde est ici le carrefour central, et, comme tous les carrefours, il est un lieu ou se produisent des apparitions redoutables.

 

Rappelons que c’est aux carrefours qu’apparaissent, cinq fois par an, la nuit, les femmes mortes en couches, et qui, divinisees comme guerriers morts au combat ou sacrifies, accompagnent le soleil dans sa course diurne – ce qui rappelle analogiquement la pensee des Dogon quand a ce nombre. Enfin, toujours pour preciser le cote nefaste de ce symbole, il faut rappeler que 5, en tant que milieu de la serie nocturne (9) est l’oppose de 7, milieu de la serie diurne (13). Le cinquieme Seigneur de la nuit, Mitlantecutli, Seigneur de la mort, s’oppose a l’heureuse deesse Chicomecoatl, 7e des 13 divinites diurnes ; il porte sur son dos un signe solaire : c’est le soleil des morts – le soleil noir – qui passe sous la terre pendant la nuit. Ainsi, conclut J. Soustelle, le nombre 5 symbolise, pour les Mexicains, le passage d’une vie a l’autre par la mort, et la liaison indissoluble du cote lumineux et du cote sombre de l’Univers.  

 

Le precieux recit du pere Francisco de Avila, De Priscorum Huarachiriensum montre le role capital que jouait e nombre cinq dans les croyances des anciens Peruviens : tout ce qui servait de nourriture murissait cinq jours apres avoir ete seme, et les morts ressuscitaient apres cinq jours, raison pour laquelle ils n’etaient pas enterres, mais exposes : le cinquieme jour on voyait reapparaitre leur esprit, sous la forme d’une petite mouche. Dans les mythes relatifs a la fin des premiers ages, apparaissent un deluge, qui dura cinq jours, et une eclipse de soleil, qui plongea le monde dans les tenebres egalement pendant cinq jours : alors les cimes des montagnes s’entrechoquerent, les mortiers et les pierres a moudre se mirent a ecraser les hommes. Le dieu Paryacaca, maitre des eaux et de la foudre, nait de cinq ?ufs, sous la forme de cinq milans ; il est un en cinq ; l fait tomber la pluie simultanement de cinq endroits differents et il lance l’eclair des cinq regions du ciel.

 

La conception de cinq humanites successives – la notre etant la cinquieme – se retrouve dans les travaux et les jours d’Hesiode. Pour le poete de la cosmogonie, la terre fut successivement habitee par les hommes d’or, les hommes d’argent, les hommes de bronze et les demi-dieux – qui perirent au cours de la guerre de Troie- avant que survienne notre generation, celle des hommes de fer. Les hommes d’or sont devenus les bons genies de la terre, gardiens de la terre, dispensateurs des richesses ; leurs successeurs, les hommes d’argent, coupables d’une folle demesure ayant refuse de rendre le culte du aux Immortels, furent ensevelis par Zeus ; ils devinrent ceux que les mortels appellent les Bienheureux des Enfers, genies inferieurs, mais que quelque bonheur accompagne encore ; les hommes de bronze, coupables, eux, non de l’orgueil luciferien de leurs predecesseurs, mais de l’exces de leur force terrifiante, succomberent sous leurs propres bras, et partirent pour le sejour de l’Hades frissonnant sans laisser de nom sur la terre ; quand a la race divine des demi-dieux, elle habite, le c?ur libre de soucis, dans les iles des Bienheureux, au bord des tourbillons profonds de l’Ocean, c'est-a-dire a l’extreme Occident, pres du jardin des dieux, garde par les Hesperides. Il y a la aussi un curieux rapprochement a faire entre la tradition grecque et celle des cinq soleils ou cinq eres des azteques.

 

Dans les Dogon et les Bambara du mali, l’unique est exceptionnel, non comme un synonyme d’achevement, de perfection, mais comme un synonyme d’erreur de la nature : c’est le nombre du chaos initial, deux etant celui du cosmos organise. De ce fait, cinq, fait de l’association de quatre, symbole feminin, et de un, est lui-meme un symbole d’incompletude, d’impurete, d’inharmonie, d’instabilite, de creation inachevee. C’est, de ce fait, un nombre considere le plus communement comme nefaste : il est associe aux plus graves echecs – dont les fausses couches – et a la mort.  Cependant il peut etre considere comme un heureux symbole : les bambara parlent en effet d’un cinquieme monde – a venir – qui serait le monde parfait, ne de l’association non plus de quatre et de un, comme le monde actuel, mais de trois et de deux.

 

Sainte Hildegarde de Bingen a developpe toute une theorie du chiffre cinq comme symbole de l’homme. L’homme se divise dans la longueur, du sommet de la tete aux pieds, en cinq parties egales ; dans la largeur formee par les bras etendus d’une extremite d’une main a l’autre, en cinq parties egales. En tenant compte de ces mesures egales dans sa longueur et de ces cinq mesures egales dans sa largeur, l’homme peut s’inscrire dans un carre parfait. Cinq carres dans la longueur et cinq carres dans la largeur, la poitrine etant le lieu de l’’intersection, forment une croix dans un carre. Si le carre est le symbole de la terre, l’homme est comme une croix en ce monde, ou ce monde est pour lui comme une croix.

 

Outre ces cinq parties egales dans sa longueur et les cinq parties egales dans sa largeur, l’homme possede cinq sens, cinq extremites (tete mains et pieds). Plutarque utilise ce nombre pour designer la succession des especes. Une telle idee peut se trouver dans la Genese ou il est dit que les poissons et les volatiles furent crees le cinquieme jour de la creation…Le nombre pair signifiant la matrice, car il est feminin, le nombre impair etant male, l’association de l’un et de l’autre est androgyne….Ainsi le pentagramme est l’embleme du microcosme et de l’androgyne. Dans les miniatures medievales, l’homme microcosme est souvent represente, bras et jambes ecartes, afin de mieux indiquer les cinq pointes du pentagramme. Le nombre cinq regit donc bien la structure de l’homme.

 

Cinq est chiffre faste pour l’Islam, qui lui voue une predilection : le pentagramme des cinq sens et du mariage. Cinq est le nombre des heures, de la priere, des biens pour la dime, des elements du hajj (et des jours a Arafat), des genres de jeune, des motifs d’ablution, des dispenses pour le vendredi ; c’est le quint des tresors et du butin ; les cinq generations pour la vengeance tribale, les cinq chameaux pour la diya, les cinq takbir ou formules de priere : Dieu est grand ! Ce sont les cinq temoins de la Mubahala (pacte), les cinq clefs coraniques du mystere. Ce sont aussi les cinq doigts de la main de Fatima.

 

Contre le mauvais ?il, on etend les cinq doigts de la main droite, en disant : cinq dans ton ?il ou cinq sur ton ?il. A Fez pour eviter le danger produit par l’admiration pour quelque chose ou quelqu’un, on dit : cinq et quinze. Le chiffre cinq est devenu ainsi un charme en lui-meme. Le cinquieme jour de la semaine jeudi, est sous le signe d’une protection efficace.

 

Cinq dit Allendy est le nombre de l’existence materielle et objective. Le psychanalyste et la tradition maya se rencontre ici, ainsi que les traditions orientales, pour faire de cinq le signe de la vie manifestee. Etant un nombre impair, il exprime non un etat, mais un acte. Le quinaire est le nombre de la creature et de l’individualite. Il est remarquable en ce sens, que l’homme s’inscrive dans un pentagramme, qui a pour centre son sexe. C’est ce pentagramme qui est a l’origine du signe ideogramme chinois Jen, representant l’homme. Si un homme est etendu bras et jambes allonges, le sexe servant de centre, sa partie superieure est egale a sa partie inferieur ; et une circonference peut etre tracee par un compas, chacune de ces parties ayant la longueur d’un rayon. Une fois de plus, le cinq symbolise la manifestation de l’homme, au terme de l’evolution biologique et spirituelle.

 

Exercice :

 

Cet exercice est un exercice, pour vous aider a « prendre conscience » de vos reactions personnelles face a l’ecoute, a la lecture, ou a la vision de certaines informations qui circulent. Il est tres cible sur la peur et les reactions qu’elles engendrent.

  

1/ Ai-je eu des reactions de peur face a cette lecture ? Lesquelles ?

2/ Ai-je peur en raison de ce qui existe veritablement ou de tout ce que j’ai peur qui arrive ?

3/ Cette peur a t-elle un fondement dans mon passe ? Et ai-je peur que cela recommence ?

4/ quelle est la raison de ma peur ?

4/ Est-ce que j’ai reellement conscience de cette « peur » qui vit en moi et de tous les sentiments qu’elle vehicule avec elle ?

5/ Et surtout quelle est ma maniere de faire face a toutes mes peurs?

 

Exercice : Faites une retranscription d’une page au moins, du ressenti de cette lecture et des peurs que cette lecture a soulever. Ici les fautes d’orthographe, de francais, de grammaire, et autres, n’ont aucune importance, puisque seule demeure l’experience de l’eleve et de son cheminement personnel. Ce n’est pas un exercice intellectuel mais un exercice spirituel. Soyez vrai avec vous-meme,  dans votre c?ur, dans vos pensees et dans vos ecris. N’essayez pas de « broder », de mentir, de minimiser, ou d’augmenter le phenomene. Juste une retranscription simple et veridique.

Les questions posees ici ne sont pas pour justifier vos peurs, mais juste pour constater qu’elles existent. L’exercice est de les identifier, de les nommer si possible, parce qu’elles sont la racine de toutes vos souffrances.  Mais ces racines sont plus ou moins developpees en vous, suivant vos propres depassements personnels et individuels. Elles sont en fonction du deracinement ou plutot du « detachement » que l’individu a deja developper en lui.

 

Pour les eleves a jour de vos cotisations aupres de l’association UAB : Renvoyez-moi votre exercice par message prive sur Facebook ou sur mon adresse mail. La correction est personnalisee et ciblee sur le developpement de votre « soi » spirituel. Elle vous sera envoyee corrigee dans un delai maximum d’un mois. Tous les exercices sont proteges par la clause de confidentialite et vous sont restitues dans leur integralite.

 

Conclusion :

 

La « peur » est un element essentiel de la vie, en cela qu’elle vehicule inconsciemment et dirige une grande partie de votre vie. Elle est « la derive du bateau » qui donne la direction dans laquelle  l’individu se meut et navigue.  L’apprehension de l’existence est entretenue en permanence par tous les sentiments que souleve la peur interieure. En prenant Conscience d’elle, nous reconnaissons son existence et nous acceptons qu’effectivement, elle a une grande influence sur nous et sur les autres. Reconnaitre l’existence de la « peur » dans nos vies, c’est nous affranchir en douceur de cette servitude, pour la depasser progressivement et la vaincre en toute Conscience par le detachement.

 

Maintenant que vous avez identifie vos peurs, vous allez apprendre a « rire et sourire » devant leurs existences et travailler sur elles. Qu’elles soient psychologique ou vitale, vous allez apprendre a les  observer « en Pleine Conscience », apprendre a les connaitre, a les definir, en portant votre attention sur « leur nature ». Par cette reaction, vous montrez que vous ne fuyez plus devant « elles », que vous ne cherchez plus a les eviter, mais que vous essayez de les resoudre. Certes, vous n’allez pas toutes les dissoudre en une seule fois, mais vous ne vivrez plus dans l’illusion que « tout va bien » dans le meilleur des mondes. Avec une fausse impression d’etre « libre », alors qu’en realite vous etes completement dependant de toutes vos peurs.

 

En deracinant completement et definitivement toutes traces de « peur » l’homme cree sa liberte et s’envole au-dela du par-dela, vers le bonheur et la serenite.

 

La symbolique du chiffre 5, detient toute la verite de la comprehension de l’aboutissement du 4 + 1 =5.  Ce sont la reunion de la totale assimilation des 4 ensembles qui donne le 5. Cette terminaison passe par des maturations, des germinations, et des transmutations importantes, avant qu’un discernement s’execute dans une fusion complete des quatre qui donne le cinquieme.

 

A la semaine prochaine pour la suite du programme. Recevez ton mon Amitie Bienveillante et salutaire.

 

 

Veronique-Arlette le 3 aout 2011 

 

 

 

Creer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Remuneration en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentes