Presentation

veronique-arlette.over-blog.com

L’ego un ennemi interieur a comprendre

 

 

ego.jpg

 

L’Ego est un substantif tire du pronom personnel grec qui signifie (« je /moi »). Generalement il indique soit la « representation », soit la « conscience » que l'on a de « soi-meme ». Parfois il est observe comme le fondement de la personnalite (en psychologie) ou comme une entrave a notre developpement personnel (en spiritualite).

 

En tant que concept philosophique, l’ego est un « je » sans conscience. En tant que concept psychanalytique, il est le centre de la realite du sujet. Alors que, pour de nombreux courants spiritualistes, l’ego est une representation faussee que l’etre se fait de lui-meme. Cette identification faisant ecran a la vraie nature de l’etre. Ce serait alors cette confusion entre l’ego/ fausse personnalite et sa vraie nature qui illusionnerait l’individu, le placant dans des schemas de souffrance tels que l’orgueil, la vanite, et l’egocentrisme par exemple.

 

Pour le bouddhiste l’ego n’est qu’une construction mentale qui ne correspond pas a la realite reelle. Cette voie est la liberation de la souffrance causee par une croyance en l’existence du « soi/ego » qui se place continuellement au centre du tout. Hors ce « soi » n’existe pas. Pour le bouddhisme chaque chose est sans « soi » donc sans « ego ».

 

Alors apres toutes ces explications qu’en est-il reellement de cet « ego/soi/ je/moi/fausse personnalite » ? Comment le trouver reellement, ou plutot comment l’apprehender ? Existe-t-il veritablement ? N’est-il qu’une illusion, ou simplement l’ombre du moindre de nos defauts ? Est-il un ami qui nous veut du bien ou un ennemi qui nous veut du mal ? Peut-etre juste un voile a soulever afin de mieux nous comprendre et dechiffrer facilement nos concitoyens.

 

Qui sommes-nous en somme et en verite ? Est-ce que nous nous connaissons veritablement afin de pouvoir etre notre meilleur « ami » ? Afin de pouvoir trouver la voie du bonheur et aider les autres a trouver cette voie si recherchee ? Peut-etre devons-nous essayer de chercher l’oppose de cet « ego/soi/je/moi/fausse personnalite » comme sujet d’investigation,  juste pour penetrer toute la richesse de ce mystere? Parce que souvent c’est beaucoup plus facile de trouver une veritable explication, en allant rechercher la verite de l’autre cote et juste en face. En alliant les deux aspects de cette dualite/complementarite, nous trouvons la plupart du temps une reponse juste et adequate.  C’est apres une recherche minutieuse sur le « soi », apres une etude poussee pour realiser sa veritable nature, que nous evaluons toute la difficulte de sa comprehension.   Alors que je sais tres bien « voir » l’ego des autres, c’est une difficulte majeure pour l’expliquer. Quand on s’attaque a l’ego des etres, c’est en quelque sorte arracher les voiles de leurs souffrances, et soulever un pan de leur existence qu’ils essaient vainement de dissimuler. Ils recoivent cela comme un viol, comme une atteinte a leur integrite, comme une devalorisation de leurs justifications. Pour eux, l’existence meme de leur « ego » innocente et temoigne d’une force de la personnalite, a survivre dans un monde jalonne de  difficultes. Cette societe qui nous pousse continuellement a etre performants, beaux, riches, intelligents, ambitieux, et surtout « heureux » !!! Dans ce contexte d’extravagance, l’ego est deploye au maximum tout autour d’eux, et recouvre completement leur essence, comme un paravent pour les proteger de « tout ». Il se sente si petit a l’interieur, comme si leur « amour » n’etait pas assez grand, pas assez vrai, pas assez beau, pour temoigner de leur incontestable beaute interieure. Alors que l’ego revendique un tas de qualites invraisemblables, et consiste a epaissir et fausser la realite. Mais comment l’ego s’insinue t-il dans l’existence ? Comment arrive t-il a surpasser l’etre a ce point ? Comment fait-il pour devenir le maitre et usurper l’identite et la quintessence de tout l’etre?

 

Et si l’on reprenait tout depuis le debut, depuis la creation, depuis la naissance. J’aime a penser que je suis arrivee ici avec une « essence toute faite d’amour », toute propre, toute neuve et que chacun a recu a sa naissance la meme. Puis pour donner un mouvement a cette eclosion, pour lui donner la vie, et lui permettre de faire ce qu’elle a a faire ici en ce monde de materialite, la creation lui ajoute une spirale qui va permettre le mouvement. Cette impulsion represente l’element « feu ». L’activite reelle de l’essence va pouvoir prendre « forme » materiellement au centre des deux extremites de cette helice,  que sont le soi et le non-soi. La forme est le corps physique base de l’element « terre ». Puis vient la force de l’air, la respiration qui rempli et qui vide, afin d’alimenter le mouvement de la spirale, et soutenir la naissance de l’etre jusqu’a la mort. La matrice est l’ocean de la vie, des eaux primordiales, et de tous les sentiments qui vont decouler de cette experience. L’essence d’amour est la partie divine faite de l’element ether. Les cinq elements sont ainsi repertories et conducteur  du devenir de l’essence. Car le but de toutes les existences successives est de retourner a la source. Peut importe le temps qu’il faudra pour cela, peut-etre et certainement plusieurs vies. Mais l’essence de chaque etre detient en elle ce secret.  Alors inconsciemment pour ceux qui sont trop materialiste ou consciemment pour ceux qui sont tres spirituel, l’essence va devoir remonter aux travers des eaux primordiales pour accomplir son dessein. Elle va devoir nager dans les profondeurs de la matrice se laisser guider par le soi et le non-soi, pour trouver son chemin. Entre penser a elle pour garder son identite, et vivre materiellement parlant avec les autres qui ont tous des elevations differentes, elle va devoir s’adapter en permanence dans un milieu qui lui est hostile, puisque son essence est l’ether primordial. Les souffrances de la vie sont ici representees dans toutes leurs majestes. De plus cette remontee ne peut se realiser que si l’etre comprend la nature de son « essence ». Qu’il la sublime avec des exercices qui incitent l’augmentation de l’element ether, pour la faire remonter vers la surface des eaux. Quand enfin elle emerge au dessus des flots, c’est la plenitude de l’etre qui « est » dans toute sa quintessence.

 

Alors c’est ici que l’etre doit comprendre la nature de son ego, de son pire ennemi interieur, pour le debusquer et s’en liberer. Parce que quand il l’aura enfin identifie, il retrouvera le bien-etre de son lac interieur, l’essence primordiale qui ne demande qu’a refaire surface en lui. Grace a cette decouverte, toute sa vie en sera changee. En approchant son etre a la racine de son essence, pour connaitre reellement et en verite son c?ur et la nature des sentiments qui animent sa vie, il trouvera la clef de la porte de sa souffrance, et pourra s’en liberer.

 

Alors rentrons immediatement dans le vif du sujet ? Quel est le contraire de « l’ego ». Celui que nous nommons « ego/soi/je/moi/fausse personnalite », celui qui prend toute la place chez certain « etre » ? Celui que nous presentons comme un paravent de nous-memes ? Celui dont je temoigne quand je dis « je » ? Celui que je defends quand je dis c’est a « moi » ? Celui que je crois que je suis et celui que je montre aux autres ? Est-il identique a ce que je suis en realite au fond de mon c?ur ou y’a-t-il un enorme fosse entre ce que je suis et ce que je montre que je suis ? Tout d’abord, est-ce que je peux trouver un compromis avec mon ennemi, voir peut-etre en faire un ami, afin de mieux le comprendre ? Quelle est cette personnalite que je crois « avoir » besoin « d’etre » ? Ai-je besoin de ce survetement par-dessus ma veritable nature ? Qui dois-je vouloir proteger pour m’entourer de tant de protections ? Les sentiments qui resident dans mon c?ur ont-ils besoin de cette surprotection ? Ne peuvent-ils pas vivre normalement et confortablement dans le confort de leur purete ? Alors que je ressens la volonte de les enfermer a double tours derriere autre choses que ce qu’ils sont ?   Pour faire court, pourquoi n’ai-je pas le courage de me montrer telle que je suis ? Ai-je « peur » de quoi, pour ne pas assumer ma verite et encore moins l’assumer avec les autres ? Parce que c’est exactement ici que l’ego prend le relais pour faire illusion.  Il va creer une erreur, un double pour se substituer a l’etre et lui faire croire que c’est lui qui « est ». Dans un egocentrisme denuer de toute forme d’amour, pour le veritable etre qui va se retrouver en dessous. Il va mentir pour donner le change. Il va s’enorgueillir pour pavaner avec du vide. Il va se vanter pour prendre de l’ampleur, et vivre avec un amour propre et une perception erronee, du simple fait qu’il n’a pas de nature propre puisqu’il prend la place d’un autre qui ne s’assume pas. C’est toute la distance et l’ecartement qui existe entre la vraie nature de l’essence de l’etre et l’ego qui donne l’illusion. Plus l’illusion est grande et enorme, et plus l’etre souffre, pris dans son propre piege, victime de son propre calvaire.

 

Pour moi, l’humilite est le contraire de l’ego. L’humilite c’est « etre » juste « etre » ce que l’on est et rien de plus que cette essence de naissance. Le plus c’est l’ego ! C’est en rajouter, ne pas s’accepter tel que l’on est et ressentir un fort besoin de montrer autre chose que ce que l’on est en verite !  Par une pratique construite sur des fausses references, qui donne l’illusion a l’ego d’etre le « soi » ! Hors le « soi » n’existe pas, c’est l’essence primordiale de l’etre qui existe en realite. L’essence n’a pas besoin de diplome, de savoir, de richesse, parce qu’elle est au-dela de tout cela. Elle n’a meme pas besoin d’Amour, parce qu’elle est « Amour ». Alors que l’ego a besoin de toutes ses choses pour etre. Il fait croire a l’etre qu’il a besoin d’etre « aimer » pour exister pleinement, alors que c’est tout le contraire. L’essence a besoin d’aimer pour se sentir « bien » et « etre », parce que c’est sa nature sublimee. C’est pour cette raison qu’il faut etre attentif, et ne pas fournir a notre « ego » tout ce dont il a besoin pour subsister !!! L’ego est celui qui a besoin de reconnaissance, qui a besoin d’etre « aimer », qui a besoin de se montrer, qui a besoin de quelque chose en contre partie. Alors que l’essence de l’etre « EST » sans contrepartie.  

 

Beaucoup vous diront que l’ego est constructeur de la personnalite, qu’il est indispensable et necessaire de comprendre son role fondamental. Mais quand nous voyons tout le mal qu’il est capable d’engendrer chez les etres, et toutes les souffrances qu’il occasionne,  ne sommes-nous pas en droit de nous interroger sur son role autodestructeur ?  En effet, chacun a en lui une maniere toute particuliere de reagir face a ses travers. Ce n’est pas tous les jours facile de faire « avec », de devoiler notre authenticite, ou d’avouer un caractere entier et naif. Il y a aussi toutes les moqueries a affronter et toutes les jalousies a surmonter. Alors l’etre s’accommode et compose avec la majorite de ses genes. Par « peur », il se protege trop ou ne s’assume pas assez.  Entre ce qui est au fond de lui et ce que la societe actuelle, lui demande instamment d’etre, il y a un pas qui est vite franchit, souvent pour une question de simple survie. Il y a aussi l’image que l’on a de soi qui est faussee par ce que nous renvoient les autres. C’est dans ce contexte de pressions que l’ego en profite pour s’immiscer, et nous venir en « aide ». Mais cette aide se transforme rapidement en dependance pour nous facilite la vie, croit-on ! Une breche est ouverte et la personnalite va s’appuyer sur l’ego comme sur une bequille pour s’en sortir! Le mal est fait et les tensions vont apparaitre tres vite. Tout le long du processus qui suivra, l’etre aura de nombreuses fois, l’opportunite de lacher-prise avec cette dependance, mais il devra pour cela renoncer a cette pratique et en subir toutes les consequences. C’est reconnaitre avant tout, d’avoir menti, faute, exagere, dissimule, manque de confiance et bien d’autres defauts inavouables !  Ce sont toutes ses difficultes de l’etre que l’ego saisit pour se manifester pleinement et construire une belle prison doree a « l’etre ». Mais cette consequence a un prix, parce qu’elle place l’etre dans une souffrance de plus en plus vive dont il aura beaucoup de mal a sortir. Parfois l’ego emprisonne la personne, jusqu’a la mort.

 

Ill y a l’image que l’on a de soi et l’image que l’on aimerait que les autres aient de nous. Entre les deux, le gouffre de la souffrance de l’etirement, ou le bonheur et la joie de la realite. Est-ce que ces deux images se confondent et s’imbriquant l’une dans l’autre, dans une plenitude succulentes ? Ou plutot y-a t-il une grande breche douloureuse, dans une souffrance et une tristesse revelatrice d’un grand inconfort personnel ? Est-ce que l’essence interieure de l’etre se revele au travers d’une personnalite qui rayonne de toute l’authenticite de cette substance ? Ou l’ego de l’etre donne t-il une illusion de bonheur dans une personnalite vide de toute substance ? La est la question ? Mais la aussi se trouve toute la reponse! L’ego n’existe pas, ne lui accordons pas une identite qui patronne la souffrance, qui conduit les etres dans des drames inconcevables.

 

Alors encourager l’etre a etre lui-meme, a montrer son amour, son cote naif et veridique, c’est favoriser son bien-etre et son evolution. L’aider a bousculer ses habitudes, a devenir sincere et honnete avec lui-meme est un acte d’une grande bienveillance.  C’est dans ce sens partager toute la quintessence de l’humanite pour soutenir une meilleure harmonisation des etres entre eux. C’est poursuivre un ideal de paix et l’ouvrir a la possibilite de tous.  

 

 Veronique-Arlette le 3 novembre 2011

 


 

Creer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Remuneration en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentes