Presentation

veronique-arlette.over-blog.com

La symbolique du "miroir"

 

miroir.jpg

 

 

 

« Il y a une toute petite porte dans le miroir, qui ouvre sur le mystere de l’ame »

 

 

Recherche sur la symbolique du « Miroir »

Module philosophique « eveilleur »

Par Veronique-Arlette

 

Speculum (miroir) a donne le nom de speculation : a l’origine, speculer c’etait observer le ciel et les mouvements relatifs des etoiles, a l’aide d’un miroir. Sidus (etoile) a egalement donne consideration, qui signifie etymologiquement regarder l’ensemble des etoiles. Ces deux mots abstraits, qui designent aujourd’hui des operations hautement intellectuelles, s’enracinent dans l’etude des astres refletes dans des miroirs. De la vient que le miroir, en tant que surface reflechissante, soit le support d’un symbolisme extremement riche dans l’ordre de la connaissance.

 

Que reflete le miroir ? La verite, la sincerite, le contenu du c?ur et de la conscience : Comme le soleil, comme la lune, comme l’eau, comme l’or, lit-on sur un miroir chinois du musee de Hanoi, sois clair et brillant et reflete ce qu’il y a dans ton c?ur. Ce role est utilise dans les contes initiatiques d’Occident, dans le rituel des societes secretes chinoises, dans le recit de Novalis, Die Lehrlinge zu Sais, dans le poeme de Mallarme :

 

O miroir !

Eau froide par l’ennui dans ton cadre gelee

Que de fois et pendant des heures, desolee

Des songes et cherchant mes souvenirs qui sont

Comme des feuilles sous ta glace au trou profond,

Je m’apparus en toi comme une ombre lointaine,

Mais, horreur ! des soirs, dans ta severe fontaine

J’ai de mon reve epars connu la nudite !

(Herodiade)

 

Quoique sa signification profonde soit autre, le miroir est egalement mit en rapport, dans la tradition nippone, avec la revelation de la verite et non moins avec la purete. C’est aussi dans la meme perspective que Yama, le souverain indo-bouddhique du royaume des morts, utilise pour le jugement un miroir du karma. Les miroirs magiques, s’ils ne sont, sous une forme purement divinatoire, que les instruments degeneres de la parole de Dieu, n’en possede pas moins une etonnante efficacite dans les diverses formes de Chamanisme – qui utilisent a cet effet le cristal de roche – et aussi chez les Pygmees d’Afrique. La verite revelee par le miroir peut evidemment etre d’un ordre superieur : evoquant le miroir magique des Ts’in, Nichiren lui compare le miroir du Dharma bouddhique, qui montre la cause des actes passes. Le miroir sera l’instrument de l’illumination. Le miroir est en effet symbole de la sagesse et de la connaissance, le miroir couvert de poussiere etant celui de l’esprit obscurci par l’ignorance. La Sagesse du grand miroir du Bouddhisme tibetain enseigne le secret supreme, a savoir que le monde des formes qui s’y reflete n’est qu’un aspect de la Shunyata, de la vacuite.

 

Ces reflets de l’Intelligence ou de la parole celeste font apparaitre le miroir comme le symbole de la manifestation refletant l’Intelligence creative. Il est aussi celui de l’intellect divin reflechissant la manifestation, la creant comme telle a son image. Cette revelation de l’Identite et de la Difference dans le miroir est l’origine de la chute luciferienne. Plus souvent elle est l’aboutissement de l’experience spirituelle la plus haute. Ainsi dans Saint Paul et chez de nombreux spirituels chretiens et musulmans. Le c?ur humain, miroir refletant dieu, s’exprime par exemple chez Angelus Silesius ; le miroir du c?ur reflete, chez les bouddhistes, la nature de Bouddha ; chez les taoistes, le Ciel et la Terre.

 

L’intelligence celeste refletee par le miroir s’identifie symboliquement au soleil : c’est pourquoi le miroir est souvent un symbole solaire. Mais il est aussi un symbole lunaire, en ce sens que la lune, comme un miroir, reflete la lumiere du soleil. Le miroir solaire le plus connu est celui du mythe japonais d’Amaterasu : le miroir fait sortir la lumiere divine de la caverne et la reflechit sur le monde. Dans le symbolisme siberien, les deux grands miroirs celestes refletent l’univers, reflet que le chaman capte a son tour a l’aide d’un miroir. Le reflet de la perfection cosmique s’exprime egalement dans le miroir de Devi et, au second degre, dans celui des Sarasundari, qui sont ses messageres. Dans la tradition vedique, le miroir est le mirage solaire des manifestations ; il symbolise la succession des formes, la duree limitee et toujours changeante des etres.

 

Forme apres forme ;

La forme propre on la trouve partout :

Indra par ses magies, a maintes formes :

Mille coursiers sont atteles pour lui !

(Rig Veda, Grhyasutra 1, 6).

 

La reflexion de la lumiere ou de la realite n’en change certes pas la nature, mais elle comporte un certain aspect d’illusion (la saisie de la lune dans l’eau), de mensonge a l’egard du principe. Il y a identite dans la difference, disent les textes hindous : la lumiere se reflete dans l’eau, mais en fait ne la penetre pas ; ainsi fait Civa ; Ainsi la speculation n’est-elle qu’une connaissance indirecte, lunaire. Par ailleurs, le miroir donne de la realite une image inversee : Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, dit la table d’Emeraude hermetique, mais en sens inverse. La manifestation est le reflet inverse du Principe : c’est ce  qu’expriment les deux triangles inverses de l’hexagone etoile. Le symbole du rayon lumineux se reflechissant a la surface des eaux est le signe cosmogonique de la manifestation ; c’est Purusha agissant sur la passive Prakriti, le ciel vertical sur la terre horizontale. Toutefois, cette passivite, qui reflete les choses sans etre affectees par elles, est, en Chine, le symbole de la non-activite du Sage.

 

Symbole lunaire et feminin, le miroir est encore en Chine le symbole de la reine. Le miroir prend le feu du soleil. Il est par ailleurs le signe de l’harmonie, de l’union conjugale, le miroir brise etant celui de la separation (la moitie brisee du miroir vient eventuellement, sous la forme d’une pie, rendre compte au mari des infidelites de la femme). L’animal nomme p’o-king, ou miroir brise, est en relation avec les phases de la lune ; l’union du roi et de la reine s’effectue lorsque la lune est pleine, le miroir reconstitue en son entier.

 

L’utilisation taoiste du miroir magique est assez particuliere : revelant la nature reelle des influences malfaisantes, elle les eloigne, les protege contres elles. Aussi place t-on, de nos jours encore, au dessus de la porte des maisons, un miroir octogonal portant les huit trigrammes. Le miroir octogonal -  qui est sans doute d’harmonie et de perfection dans le cas d’Amaterasu –est, en Chine, intermediaire entre le miroir rond, (celeste) et le miroir carre (terrestre). Le reflet de l’homme ne lui est pas seulement rendu par le bronze poli ou l’eau dormante ; temoin, ce texte des annales des T’ang utilise par Segalen : L’homme se sert du bronze comme miroir. L’homme se sert de l’antiquite comme miroir. L’homme se sert de l’homme comme miroir. Au Japon le Kagami, ou miroir est un symbole de purete parfaite de l’ame, de l’esprit sans souillure, de la reflexion de soi sur la Conscience. Il est aussi symbole de la deesse solaire (Amaterasu-Omi-Kami). Il y a un miroir sacre dans beaucoup de sanctuaires shintoistes, comme il y a un crucifix dans les eglises. C’est l’un des grands attributs du trone. Dans le Palais Imperial, le miroir sacre est conserve dans un batiment special.

 

L’emploi du miroir magique correspond a l’une des plus anciennes formes de divination. Varron dit qu’elle venait de Perse.  Pythagore, selon une legende, avait un miroir magique qu’il presentait a la face de la lune, avant d’y voir l’avenir, comme le faisaient les sorcieres de Thessalie. Son emploi est l’inverse de la necromancie, simple evocation des morts, car il fait apparaitre des hommes qui n’existent pas encore ou qui accomplissent une action qu’ils n’executeront que plus tard.

 

En vertu de l’Analogie eau-miroir, on rencontre frequemment l’utilisation magique, chez les Bambaras, par exemple, de fragments de miroirs dans les rites pour faire venir la pluie.

Le miroir, de meme que la surface de l’eau est utilise en divination, pour interroger les esprits. Leur reponse aux questions posees s’y inscrit par reflexion. Au Congo, les devins utilisent ce processus en saupoudrant le miroir – ou la surface d’un bol d’eau – de poudre de kaolin ; les dessins de la poudre blanche, emanation des esprits, leur livrent la reponse. En Asie centrale, les chamans pratiquent la divination par le miroir, en dirigeant celui-ci vers le Soleil ou la Lune, qui sont censes etre eux aussi des miroirs, sur lesquels se reflete tout ce qui se passe sur la terre. En outre, les costumes chamaniques sont frequemment ornes de miroirs, qui reflechissent les actions des hommes ou encore protege le chaman (pendant son voyage) contre les dards des esprits mechants. Apres avoir chamanise, le magicien doit parfois faire dans ces boucliers un nombre de rayures egales a celui des fleches qui les ont atteints.

 

Le theme de l’ame consideree comme miroir, qui se trouve ebauchee par Platon et par Plotin, a ete particulierement developpe par saint Athanase et par Gregoire de Nysse. Selon Plotin, l’image d’un etre est disposee a recevoir l’influence de son modele, comme un miroir. Suivant son orientation, l’homme en tant que miroir reflete la beaute ou la laideur. L’important consiste tout d’abord dans la qualite du miroir, sa surface doit etre parfaitement polie, pure, pour obtenir un maximum de reflet. C’est pourquoi, selon Gregoire de Nysse,  comme un miroir, lorsqu’il est bien fait, recoit sur sa surface polie les traits de celui qui lui est presente, ainsi l’ame, purifiee de toutes les souillures terrestres, recoit dans sa purete l’image de la beaute incorruptible. C’est une participation, et non un simple reflet : ainsi l’ame participe a la beaute dans la mesure ou elle se tourne vers elle (Jean Danielou, La colombe et la tenebre dans la mystique byzantine ancienne, Eranos Jahrbuch, 1954 ; Regis Bernard, L’image de Dieu d’apres saint Athanase, Paris, 1952).

 

Le miroir n’a pas seulement pour fonction de refleter une image ; l’ame devenant un parfait miroir participe a l’image et par cette participation elle subit une transformation. Il existe donc une configuration  entre le sujet contemple et le miroir qui le contemple. L’ame finit par participer de la beaute meme a laquelle elle s’ouvre.

 

Sous des aspects tres divers, le miroir est un theme privilegie de la philosophie et de la mystique musulmanes inspirees du neo platonisme. On a dit du miroir qu’il etait le symbole meme du symbolisme.

 

L’aspect numineux du miroir, c'est-a-dire la terreur qu’inspire la connaissance de « soi », est caracterise par la legende soufie du Paon. Le miroir est l’instrument de psyche et la psychanalyse a mis l’accent sur le cote tenebreux de l’ame.

 

La notion platonicienne des deux faces de l’ame, qui aurait un cote inferieur tourne vers le corps et un cote superieur tourne vers l’intelligence, a ete utilisee par al-Ghazali et a exerce une grande influence chez les Soufis.

 

Attar dit que le corps est dans son obscurite comme le dos du miroir ; l’ame est le cote clair du miroir. A propos de ces deux faces du miroir, Rumi explique que Dieu a cree ce monde, qui est obscurite, afin que sa lumiere puisse etre manifestee.

 

En vertu de la theorie du microcosme, image du macrocosme, l’homme est l’univers sont dans la position respectives de deux miroirs. De meme les essences individuelles se refletent dans l’Etre Divin, selon Ibn’Arabi, et l’Etre divin se reflete dans les essences  individuelles.

 

Par ailleurs, le theme du miroir magique, permettant de lire le passe, le present et l’avenir, est classique dans la litterature islamique. La coupe de Jamshid, roi legendaire de l’Iran, est en realite un miroir. Elle symbolise a son tour le c?ur de l’initie.

 

Le c?ur etant symbolise par un miroir – en metal, jadis – la rouille symbolise le peche et le polissage du miroir sa purification.

 

Le miroir des fiances, appeles Ayin-y Bibi Maryam Miroir de Notre dame marie, est encore utilise en Perse, en Afghanistan et au Pakistan pour benir la premiere rencontre entre le fiance et l’epousee. Le miroir est suspendu sur le mur du fond de la salle de reunion ; les fiances doivent entrer par deux portes opposees et, au lieu de se regarder directement l’un l’autre, ils doivent regarder de biais le miroir.  Ce faisant, ils se rencontrent comme au Paradis, voyant leurs visages redresses (l’?il droit a droite), non inverses comme en ce monde ; cette faculte du miroir de redresser’ l’image devient ici symbole des choses, vues selon leur realite essentielles.

 

Pour les Soufis, l’univers tout entier constitue un ensemble de miroirs dans lesquels l’essence infinie se contemple sous de multiples formes ou qui refletent a divers degres l’irradiation de l’Etre unique ; les miroirs symbolisent les possibilites qu’a l’Essence de se determiner elle-meme, possibilite qu’elle comporte souverainement en vertu de Son infinite. C’est la du moins la signification principielle des miroirs. Ils ont aussi un sens cosmologique, celui de substances receptives a l’egard de l’Acte pur.

 

Dans une autre acception, enfin, le miroir symbolise la reciprocite des consciences. Un hadith celebre declare que le croyant est le miroir du croyant. Plus la face du miroir de l’ame a ete polie par l’ascese, et plus il sera capable de refleter fidelement ce qui l’entoure, et jusqu’aux pensees les plus cachees d’autrui. La litterature soufie abonde d’exemples de cette capacite de reflet de l’homme purifie.

 

Exercice :

 

Cet exercice est un travail philosophique pour ouvrir votre reflexion avec ce texte sur la symbolique du miroir. C’est un entrainement pour vous « observer » vous-meme, comme si vous vous regardiez dans un miroir.

 

L’exercice consiste a faire une retranscription d’au moins une page sur le regard que vous avez sur vous-meme. Ici les fautes d’orthographes, de francais, de grammaire, et autres, n’ont aucune importance, puisque seul demeure l’experience de l’eleve et de son cheminement personnel. Ce n’est pas un exercice intellectuel, mais un exercice pour faire connaissance avec votre « soi ». Soyez vrai avec vous-meme, avec votre c?ur, avec vos pensees, et avec vos ecris. N’essayez pas de mentir, de minimiser, ou d’augmenter, juste d’etre vous-meme, juste de vous accepter tel que vous etes. Une retranscription simple et veridique, de « qui vous etes ». Ce travail vous aidera a faire vraiment connaissance avec vous. Grace a cette realisation, vous pourrez aborder « la ou vous en etes » et avancer avec un plan que vous structurerez en fonction de vos decouvertes.

 

Voici les questions :

 

1/ Quelle est la qualite de vos intentions interieurs vis-a-vis de vous-meme ? Est-ce que vous vous aimez? Oui ou non ? Pourquoi ?

2/ Quelles sont les motivations interieures que vous deployez pour vous purifier ? Pour vous construire ? Pour vous affirmer dans cette vie ?

3/ vos intentions sont-elles nobles ou en voie de le devenir ?

4/ Par quelles sentiments, par quelles pensees et par quelles actions, etes-vous preoccupe le plus souvent dans votre vie ?

5/ Etes-vous en accord constant avec votre Conscience ? En bref, avez-vous des choses qui encombrent et obscurcissent votre Conscience ?

Conclusion :

 

Le miroir de la vie est le reflet de votre c?ur. Tout autour de vous il n’y a que vos intentions en manifestations. Vos intentions envers vous-meme et envers les autres sont « essentielles » pour une parfaite harmonisation de votre « etre » avec votre Conscience. Dans l’univers qui vous entoure, vous croisez aussi les intentions des autres. Tous ces miroirs sont-ils purs, purifies ou deformees ? C’est le challenge quotidien que nous devons relever dans chaque rencontre. Parfois cela se passe tres « bien » parce que nous sommes en accord avec nous-memes et avec l’autre. Parfois cela se tend, se tord, plie, ou se deforme, parce qu’il y a un reflet qui nous derange, ou derange l’autre. Mais la rencontre avec « soi » passe tres souvent par les autres, qui ne sont que des reflets de ce que nous aimons ou pas chez nous. C’est sur cette porte, sur cette ouverture pour faire connaissance avec notre « soi », qui est dans le « soi » de l’autre en face de nous.

 

Il y a surtout cette toute petite porte entre les deux miroirs, qui ouvre sur le mystere de notre ame, sur tout le mystere du « soi ». Il y a un « monde infini » entre notre miroir et le miroir de l’autre. Malheureusement, nous passons souvent a cote de ce monde magnifique, de ce monde de bonheur et d’harmonie, ou personne n’a raison ni tord. Cet espace ou l’ego n’existe plus, ou l’etre n’est plus preoccupe par l’image qu’il projette, ou seul demeure le plaisir de contempler l’autre dans toute son authenticite. Cette « observation extatique » provoque un tel plaisir qu’il n’y a plus rien a dire, juste contempler la totalite de la verite absolue.

 

Eleves de l’UAB et eleves des groupes : Comme vous le savez deja, quatre exercices vous sont proposes chaque mois. Vous pouvez faire un envoi Email groupe (surtout les instructeurs de groupe), ou renvoyez vos exercices au fur et a mesure de leur realisation a l’adresse suivante :

 

veronique.arlette@laposte.net

 

Si vous souhaitez avancer sur le chemin de la decouverte du « soi » il est fortement recommande de participer aux exercices de maniere active.  Le suivi de votre travail est un facteur de progression. La correction est personnalisee et vous propose une orientation en fonction des decouvertes qu’elles suscitent au niveau de votre Conscience. Elle est determinante pour vous eclairer sur  le developpement de votre « soi ». Tous les exercices  sont proteges par la clause de confidentialite et vous sont restitues dans leur integralite. Nous ne conservons aucune copie des exercices. Tres bon travail.

 

Veronique-Arlette le 11 Aout 2011

Site internet :

www.veronique-arlette.org

Tous les exercices, articles et ecris signes par Veronique-Arlette sont deposes et proteges.

  

Creer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Remuneration en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentes