Presentation

veronique-arlette.over-blog.com

La symbolique du "Coeur"

Recherche sur la symbolique du « C?ur »

Module Pedagogique « eveilleur »

Par Veronique-Arlette

 

3 coeurs

Exercice de module pedagogique « eveilleur » sur le C?ur :

 

Cet exercice est tres enrichissant pour vous, car il est triple en apprentissage. Dans un premier temps, il vous demande une ouverture complete sur les autres, sur leurs connaissances et leurs savoirs faires. Puis dans un deuxieme temps, il vous demande de revenir vers vous pour voir ou vous en etes. Ensuite, il vous demande un effort pour aligner vos connaissances avec celles des autres, en vue d’un enrichissement commun. C’est un veritable travail d’investigation sur les trois plans, interieur, exterieur puis interieur/exterieur reunit. C’est un exercice pour prendre l’habitude de tenir compte de vous, des autres, et de faire en sorte de trouver l’unite et non la dualite entre les deux. Car cette dualite ou  cette unite est en vous, facteur de cette triplicite comprise ou pas ? Plus vous utiliserez cette maniere « triple » de faire, plus vous prendrez « Conscience » de l’Unite.

 

Cet exercice est pour vous aider a prendre conscience des differences qui existent entre vous et les autres. Celles-ci ne sont en rien « dualitaire » mais juste differente. Il n’est pas question ici d’entrer dans un debat, pour savoir si vous avez raison ou tord, mais juste de vous ouvrir a autres choses. Cet exercice peut vous paraitre difficile au debut, parce qu’il demande un certain travail intellectuel de lecture et de comprehension. Ensuite, il necessite une investigation personnelle et beaucoup de sincerite de votre part. Il y a presque toujours une difficulte dans le travail a realiser. Soit dans le fait d’aller vers l’exterieur et vers les autres, soit dans le fait de revenir vers le « soi » pour s’occuper de son interiorite, ou encore dans la reunion de ses deux la.  Est-ce que c’est plus confortable pour vous de rester a l’interieur de vous-meme ou plutot d’aller vers les autres ? Il y en a toujours une des deux qui prime, c’est normal, car c’est la nature meme du « soi ». Toute la difficulte repose sur l’equilibre et l’assouplissement entre cette interiorite et cette exteriorite. Mais en reperant quelle est votre tendance propre, vous reperez votre difficulte personnelle. En prenant l’habitude d’effectuez cet exercice regulierement,  vous eclairez votre Conscience et reparez progressivement tous les obstacles qui vous enferment dans la dualite.

 

1/ Lisez ce texte sur la « symbolique du c?ur » pour vous impregnez de son contenu. Vous devez lire en liberant vos pensees de tous jugements discriminatoires et  de toutes moqueries sur tout ce que vous lirez. Si vous avez des difficultes, notez-les, et faites cet exercice en plusieurs fois. Surtout ne baissez pas les bras avant d’avoir bien compris l’exercice.

 

Je vous laisse une belle « coupe » de c?ur remplie de courage, une immense « couverture » d’energie positive, et un wagon de patience juste pour vous, pour vous aider dans la realisation de cet exercice. C’est en prenant « Conscience » de vos difficultes que vous abordez un veritable « chemin » vers le changement.

« La symbolique du C?ur »

 

Le c?ur organe central de l’individu, correspond de facon tres generale a la notion de « centre ». Si l’occident en fait le siege des sentiments, toutes les civilisations traditionnelles y localisent au contraire l’intelligence et l’intuition : c’est peut-etre que le centre de la personnalite s’est deplace, de l’intellectualisation a l’effectivite. Mais Pascal ne dit-il pas que « les grandes pensees viennent du c?ur » ? On peut dire aussi que, dans les cultures traditionnelles, la connaissance s’entend en un sens tres large, qui n’exclut pas les valeurs affectives.

 

Le c?ur est effectivement le centre vital de l’etre humain, en tant qu’il assure la circulation du sang. C’est pourquoi il est pris comme symbole – et non bien sur comme siege effectif – des fonctions intellectuelles. On trouve cette localisation en Grece. Elle est importante en Inde ou le c?ur est considere comme Brahmapura, la demeure de Brahma. Le c?ur du croyant, dit-on en Islam, est le trone de Dieu. Si, dans le vocabulaire chretien egalement, le c?ur est dit contenir, le royaume de Dieu, c’est que ce centre de l’individualite, vers lequel la personne fait retour dans la demarche spirituelle, figure l’etat primordial, en parlant du lieu de l’activite Divine. Le c?ur dit Angelus Silesius, est le temple, l’autel de Dieu : il peut le contenir entierement. Le c?ur, lit-on encore dans le Houang-ti nei king, est un organe Royal ; il represente le roi ; en lui reside l’Esprit. Si l’eglise cruciforme s’identifie au corps du Christ, l’emplacement du c?ur est occupe par l’autel. Le Saint des Saints est dit etre le c?ur du temple de Jerusalem, lui-meme c?ur de Sion, qui est, comme tout centre spirituel, un c?ur du monde.

 

Le double mouvement (systole et diastole) du c?ur en fait aussi le symbole du double mouvement d’expansion et de resorption de l’Univers. C’est pourquoi le c?ur est Prajapati;  il est Brahma dans sa fonction productrice, il est l’origine des cycles du temps. Selon Clement d’Alexandrie, Dieu, c?ur du monde, se manifeste selon les six directions de l’espace. Allah est semblablement C?ur des c?urs et Esprit des esprits.

 

Parce qu’il est au centre, les chinois font correspondre au c?ur l’element terre et le nombre cinq. Mais en raison de sa nature – car il est le soleil – ils lui attribuent aussi l’element Feu. Il s’eleve jusqu’au principe de la lumiere, commente le Sou-wen. La lumiere de l’esprit, celle de l’intuition intellectuelle, de la revelation, brille dans la caverne du c?ur. L’organe d’une telle perception est, selon le soufisme, l’?il du C?ur (Ayn el-Qalb), expression qu’on retrouve dans nombre de textes chretiens, et notamment chez saint Augustin.

 

Le c?ur est le Roi, disait le Nei-king. La fonction du c?ur est de gouverner, confirme un texte ismaelien. Le c?ur, enseigne le maitre taoiste Liu-tsou, est le maitre du souffle; ceci pourrait s’expliquer par la seule analogie entre le rythme cardiaque et la respiration, identifies dans leurs fonctions de symboles cosmiques. Mais Plutarque utilise la meme image : le soleil diffuse la lumiere comme le c?ur diffuse le souffle. Or, dans le taoisme aussi, le souffle (k’i) est la lumiere ; il est l’esprit. Liu-tsou concentre l’esprit entre les sourcils, la ou le Yoga situe l’Ajna-chakra ; il y transfere en quelque sorte la fonction du c?ur ; c’est pourquoi cet espace d’un pouce est appele c?ur celeste (t’iensin).

 

L’ecriture hieroglyphique egyptienne represente le c?ur par un vase. Or le c?ur est aussi mis en relation avec le saint Graal, coupe qui recueillit le sang du Christ. Il est d’ailleurs remarquable que le triangle renverse, qui est une figuration de la coupe, soit aussi le symbole du c?ur, outre que la coupe contenant le breuvage d’immortalite s’atteint necessairement « au c?ur du monde ».

 

Dans la religion egyptienne, le c?ur joue un role fondamental : selon la cosmogonie memphite, Dieu Ptah a pense l’univers avec son c?ur avant de la materialiser par la force du verbe createur. Mais surtout, il est en chaque homme le centre de la vie, de la volonte, de l’intelligence. Lors de la psychostasie, c’est le c?ur du defunt – seul viscere laisse a sa place dans la momie – qui est pose sur l’un des plateaux de la balance et le scarabee du c?ur, amulette essentielle, porte gravee la formule magique qui empeche au c?ur de temoigner contre le mort au tribunal d’Osiris. Le c?ur d’un homme est son propre Dieu et mon c?ur est satisfait de mes actes, est-il inscrit dans la biographie d’un disciple des Sages. De meme sur une stele du Louvre, le c?ur est assimile a la « Conscience » : quand a mon c?ur il m’a fait accomplir ces actions, tandis qu’il guidait mes affaires. Il fut pour moi un temoin excellent….J’excellais parce qu’il faisait que j’agisse….C’est un jugement du Dieu qui est en tout corps. Le souhait supreme de chacun est celui que formule Paheri d’El-Kab : Puisses-tu traverser l’eternite en douceur de c?ur, avec les faveurs du Dieu qui est en toi. Ainsi le c?ur est en nous le symbole meme de la « presence divine » et de la « Conscience » de cette presence.

 

Dans l’antiquite greco romaine, le c?ur n’a pas de signification symbolique precise. Une tradition rapporte que Zeus, ayant avale le c?ur encore palpitant de Zagreus que les Titans dechaines avaient taille en morceaux, regenera son fils en engendrant Dionysos avec Semele. Il semble que ce soit la seule legende ou le c?ur joue un role ; et ce role est celui d’un principe de vie et de personnalite : le c?ur de Zagreus regenere donnera Dionysos.

 

Dans le monde celtique, il existe une remarquable interference semantique entre le nom du centre (en Breton kreiz, gall.craidd et l’irlandais cridhe) et celui du c?ur. Ces trois mots se rattachent a la racine indo-europeenne krd c?ur centre, milieu dont sont issus les noms latin, grec, armenien, germanique, et slave du c?ur. Pour designer le c?ur, les trois langues brittoniques ont un emprunt roman (bret.kalon, corn. Et gall. Calon). Les textes irlandais disent quelques fois, pour evoquer la mort d’un personnage accable de tristesse, que son c?ur se brisa dans sa poitrine. Le c?ur symbolise manifestement le centre de la vie.

 

Dans la tradition biblique, le c?ur symbolise l’homme interieur, sa vie affective, le siege de l’intelligence et de la sagesse. Le c?ur est a l’homme interieur ce qu’est le corps a l’homme exterieur. C’est dans le c?ur que se trouve le principe du mal, l’homme risque toujours de suivre son c?ur mauvais. La perversion du c?ur provient de la chair et du sang. Babua ben Asher commentait le texte : aimer de tout ton c?ur dira que le c?ur est le premier organe qui se forme et le dernier a mourir, d’ou l’expression de tout ton c?ur signifie jusqu’a ton dernier soupir.

 

Le c?ur tient une tres grande place dans la tradition hebraique. Faire attention se dit : sim lev, c'est-a-dire mettre son c?ur, et la meditation signifie : parler a son c?ur.

 

Selon un Midrash, le c?ur de pierre de l’homme doit devenir un c?ur de chair. Les sages de c?ur ont l’esprit de sagesse.

 

Dans la bible le mot c?ur est employe une dizaine de fois pour designer l’organe corporel alors qu’on retrouve plus de mille exemples dans lesquels son interpretation est metaphorique. La memoire et l’imagination relevent du c?ur, ainsi que la vigilance, d’ou cette phrase : je dors mais mon c?ur veille. Le c?ur tient un role central dans la vie spirituelle : il pense, il decide, il ebauche des projets, il affirme ces responsabilites. Prendre le c?ur de quelqu’un, c’est lui faire perdre « le controle de soi » (Cantique des Cantiques 4,9-10).

 

Le c?ur est associe a l’esprit et parfois les termes se melangent en raison de leurs significations identiques. D’ou les expressions : esprit nouveau et c?ur nouveau (Ezechiel 36, 26) ; c?ur contrit et esprit contrit (Ps.51, 19). Le c?ur est toujours plus lie a l’esprit qu’a l’ame.

 

Dans la tradition Islamique, le c?ur (qualb) represente, non pas l’organe de l’affectivite, mais celui de la contemplation et de la vie spirituelle. Point d’insertion de l’esprit dans la matiere….c’est l’essentiel de l’homme, cette oscillation regulatrice placee au-dedans d’un morceau de chair. C’est le lieu cache et secret (sirr) de la conscience (MASH, 477).

 

Il est represente comme constitue d’enveloppes successives (‘Ala al Dawlah en distingue sept), dont les couleurs sont visibles dans l’extase. Au-dedans de la nafs, l’ame charnelle, le sirr constitue la personnalite latente, conscience implicite, subconscient profond, cellule secrete muree a toute creature, vierge inviolee (MASH, 486. Rapprocher l’etincelle, le fondement de l’ame de Maitre Eckhart).

 

Cet organe spirituel que les Soufis appellent le c?ur (qalb) se distingue a peine de l’esprit (ruh) : Jili dit que lorsque le Coran parle de l’esprit Divin insuffle en Adam, c’est du c?ur qu’il s’agit (NICM, 113). Ce meme mystique decrit le c?ur comme la lumiere eternelle et la conscience sublime (sirr) revelee dans la quintessence des etres crees, afin que Dieu puisse contempler l’Homme par ce moyen. C’est le trone de Dieu  (Al-‘Arsh) et son temple dans l’homme…..le centre de la conscience divine et la circonference du cercle de tout ce qui existe.

 

Le Coran dit que le c?ur du croyant se trouve entre deux doigts du Misericordieux ; et une tradition sacree fait dire a Dieu : Le ciel, la terre ne me contiennent pas, mais je suis contenu dans le c?ur de mon serviteur. Les noms et les Attributs divins constituent la veritable nature du c?ur : le c?ur represente la presence de l’Esprit sous son double aspect (Connaissance et Etre), car il est a la fois l’organe de l’intuition (al-kashf=devoilement) et le point d’identification (wajd) avec l’Etre (al-wujud). Le point le plus intime du c?ur est appele le mystere (as-sirr) et c’est le point insaisissable ou la creature rencontre Dieu.

 

Pour les mystiques Soufis, le c?ur est aussi le Trone de la misericorde. L’amour dont il est siege manifeste en effet l’amour de Dieu. Le c?ur aimant est une theophanie, le miroir du monde invisible et de Dieu.

 

Pour Ibn al-‘Arabi, le c?ur du mystique est absolument receptif et plastique. C’est pourquoi, il revet toute forme en laquelle Dieu se revele, comme la cire recoit l’empreinte du sceau (il existe une analogie entre la racine du mot qalb (c?ur) QLB, et la racine de qabil QBL qui signifie recevoir, etre en face de (etre passif, receptif).

 

Tirmidhi expose, en psychologue mystique, la theorie de la science des c?urs et note explicitement que qalb (c?ur) designe a la fois l’organe regulateur de la pensee et le viscere de la chair.

 

En psychologie musulmane, le c?ur suggere les pensees les plus cachees, les plus secretes, les plus authentiques, la base meme de la nature intellectuelle de l’homme.

 

La notion de naissance spirituelle se rattache au symbole du c?ur : Les c?urs en leur secret sont une seule vierge, dit al-hallaj. Les mystiques s’appellent chez les Soufis, les hommes du c?ur. La vision spirituelle est comparee a l’?il du c?ur : J’ai vu mon Seigneur avec l’?il du c?ur, dit encore al-Hallaj.

 

Le Coran lui-meme fait allusion a la connaissance par le c?ur : Le c?ur ne dement pas ce qu’il a vu (a propos de la vision du Prophete, et ce ne sont pas leurs yeux qui sont aveugles, ce sont leurs c?urs, dans leurs poitrines, qui sont aveugles.

 

Un seul mot designe l’ame chez les Caraibes du Venezuela et des Guyanes ; Chez les Tucano (Bassin de l’Amazone) un seul mot pour c?ur, ame et pouls ; pour les Wuitoto (sud-Colombiens), c?ur, poitrine, memoire et pensee sont meme chose.

 

Pour les indiens Pueblo de l’Arizona les enfants sont le produit de la semence sortie de la moelle epiniere de l’homme et du sang du c?ur de la femme.

 

Dans les traditions modernes, le c?ur est devenu le symbole de l’amour profane, de la charite en tant qu’amour Divin, de l’amitie et de la droiture.

 

Guenon a observe que le c?ur avait la forme d’un triangle inverse. Comme les symboles qui revetent cette forme, le c?ur se refererait au principe passif ou feminin de la manifestation universelle…tandis que ceux (les symboles) qui sont schematises par le triangle droit se rapportent au principe actif ou masculin. On rappellera que, dans l’Egypte ancienne, le vase etait l’hieroglyphe du c?ur et que dans l’Inde, le triangle inverse est l’un des principaux symboles de la Shakti, l’element feminin de l’etre, en meme temps que celui des eaux primordiales.

 

Suite de l’exercice :

 

2/ Reperer toutes les complementarites qui existent sur cette symbolique universelle du c?ur. Avez-vous ressentis de la dualite dans cette lecture ou plutot un sentiment d’unite ? Avez-vous collez facilement a cette lecture ? Votre comprehension a t-elle ete aisee ou pas ?

 

3/ Recentrez-vous sur vous-meme et sur votre fonctionnement personnel. Quelle est votre maniere d’aimer, laissez-vous votre c?ur guider votre personnalite au travers de la vie ? Votre c?ur, votre personnalite et votre vie sont elles bien alignees l’une a l’interieur de l’autre et en symbiose ? Votre c?ur respire t-il en harmonie avec votre exterieur, les autres et l’Univers ?

 

4/ Synthese sur cette triplicite : Vous retrouvez-vous dans ce texte ou pas du tout ? Quelles sont les differences que vous pouvez mettre en evidence entre vous et les autres  ? Cette lecture vous a-t-elle rapprochee d'eux ou carrement eloigne ? Vous etes-vous enrichit a la lecture de ce texte ? Etes-vous capables de vous enrichir au contact des differences des autres ? Etes-vous capable d’effectuer un rapprochement entre votre maniere d'etre avec le c?ur et votre maniere de penser avec votre intellectuel? Pouvez-vous realiser un changement dans votre maniere d’etre ?  Est-ce qu’a l’ avenir vous serez beaucoup plus comprehensif avec les autres ? Est-ce que vous parviendrez plus facilement a expliquer vos differences aux autres ?

 

Conclusion de l’exercice:
 

5/ Le c?ur est tres lie a la respiration et a la pensee. En lui-meme il est tres constructeur de notre environnement. La comprehension de la dualite nous conduit vers l’Unite. Le c?ur est le siege de l’Amour….qui est lie au Divin. Toutes les religions ont des chemins differents parce que nous sommes tous differents. Toutes les religions amenent au C?ur qui est la demeure ou l’Amour grandit vers le supreme.  Notre c?ur est-il dans la dualite des differences ou dans l’unite Divine et respectueuse de chacun ? Par le c?ur, nous sommes tous les memes, par le c?ur nous sommes tous « Freres et S?urs ». Alors prenons pleinement « Conscience » de cette verite avec une grande compassion envers nous-memes et envers les autres.

 

Le c?ur du Croyant est le siege du  Divin.

 

Recevez cher etudiant de la Conscience Universelle, toute mon Amitie Bienveillante et Salutaire.

 

Veronique-Arlette le 21 juillet 2011.

Creer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Remuneration en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentes